L’internat de pédiatrie


Présentation de l’internat de pédiatrie et de la pédiatrie en général

 

Cette page a pour but de vous aider au mieux dans votre choix de spécialité et de vous donner en quelques lignes toutes les informations pour choisir de façon « libre et éclairée ».

Tout d’abord il est important de savoir que la pédiatrie regroupe un ensemble de sur-spécialités, ce qui permet d’offrir un très large choix de carrières.

En effet, outre la possibilité de pratiquer une prise en charge globale de l’enfant (pédiatrie générale, pédiatrie de ville, PMI, CAMSP…) ou de s’occuper des nouveaux nés en néonatologie, il est possible d’exercer en pédiatrie toutes les spécialités médicales : onco-hématologie pédiatrique, cardio-pédiatrie, neuro-pédiatrie, néphro-pédiatrie, pneumo-pédiatrie, réanimation pédiatrique…

Le choix est donc vaste et les possibilités multiples. Cependant, un objectif commun : la santé de l’enfant, du prématurissime au grand adolescent, voire parfois du jeune adulte pour les patients suivis depuis de longues années et en cours de transition vers des services d’adultes.

La pédiatrie est également une spécialité permettant une relation unique « triangulaire » entre l’interne, l’enfant et ses parents. Cette particularité ne doit pas être perçue comme une menace mais plutôt comme un atout pour une meilleure prise en charge globale de l’enfant. Non, tous les parents ne sont pas « chiants », ils sont juste inquiets.

Un minimum de pré-requis est néanmoins indispensable avant d’exercer en pédiatrie : biblio extensive sur tous les derniers dessins animés à la mode, stylos « fun », pinces sur les blouses, doudou dans la poche…

Pour ce qui est des questions habituellement posées :

–          Oui, la pédiatrie est une spécialité demandant du travail et un minimum d’investissement notamment en raison de sa richesse et de sa variété. La formation doit être constante mais donnez aux enfants et ils vous le rendront au centuple !

–          Oui tout ceci est loin d’être insurmontable et nous avons tous une vie privée !

Pour les gardes, le rythme reste modéré (généralement 3 -4 par mois), bien que plus important dans les réanimations et dans les stages de périphérie. Certains moments sont difficiles mais il en est ainsi dans toutes les spécialités !

 

D’un point de vue purement pratique, l’internat (DES) de pédiatrie se déroule sur 4 ans (8 semestres) :

–          Cinq semestres dans des services agréés pour le DES de pédiatrie dont quatre au moins doivent être accomplis dans des services hospitalo-universitaires (CHU) ou conventionnés. Ces semestres doivent être effectués dans au moins deux services ou départements différents.

–          3 stages sont obligatoires : un stage en pédiatrie générale, un en néonatologie et un stage dans une unité spécialisée dans les urgences (réanimation pédiatrique, urgences pédiatriques ou prise de vingt-six gardes formatrices dans des unités de réanimation pédiatrique).

–          1 semestre dans un service agréé pour les DES de pédiatrie, de génétique, de gynécologie-obstétrique et gynécologie médicale ou de santé publique et médecine sociale.

 

Pour mieux connaître la pédiatrie, deux possibilités s’offrent à vous :

–          Les stages en pédiatrie ambulatoire : ouverts depuis Novembre 2013 dans de nombreuses régions, ils permettent, à partir du 5ème semestre, d’effectuer un stage de 6 mois dans plusieurs cabinets de ville.

–          Les remplacements ponctuels : ils sont autorisés à partir du 5ème semestre révolu (dont 4 passés en service de pédiatrie).

 

L’enseignement théorique est réparti en journées de formation réparties sur les 4 ans d’internat mais aussi par le biais de soirées de formation organisées au niveau régional par l’AJP et ses partenaires ou par le biais du congrès annuel national de l’AJP (à Grenoble en 2015, à Nancy en 2016). De nombreuses formations complémentaires sous forme de DESC (néonatologie) ou de DU / DIU sont également proposées (pneumo-pédiatrie, neuro-pédiatrie, gastro-entérologie pédiatrique, infectiologie pédiatrique…).

Pour ceux qui le souhaitent, il est également possible de compléter son cursus par un master 2 afin de bénéficier d’une initiation à la recherche, indispensable pour une éventuelle carrière hospitalo-universitaire.

 

BENDAVID Matthieu

Président de l’AJP.

 

BROTTIER Caroline

Vice-présidente de l’AJP.